Novecento 70x122 caséine sur silice sur panneau 2019

Novecento 70x122 caséine sur silice sur panneau 2019

Expression d’une mémoire, ce travail établit un pont entre le 7ème Art et la Peinture. Il s’agit de capter et de fixer dans la durée une parcelle d’émotion, un souvenir évanescent. Rêverie autour de sa trace, l’image arrêtée est choisie pour la résonance de sa mythologie, fictionnée à travers l’histoire du cinéma.

Un triple procédé de transformation du cadre, de la couleur et de la matière opère cette transposition. Les images peintes sont de véridiques développement de leur source élargissant l’imaginaire contemporain. L’utilisation de matériaux minéraux denses et granuleux crée une matière picturale estompant les contours tout en projetant la lumière qu’ils réfléchissent et qui paraît émaner d’eux. La série « Paysages » poursuit cette démarche.

Voir les œuvres →

 

Les peintures de Claude Gazier sont les fenêtres ouvertes vers de délicieuses et infinies rêveries , et il est permis de s'interroger sur la nature de leur mystérieux pouvoir de fascination ou d’envoûtement. (…)

Mais l’on découvre bien vite que le mystère de ces peintures, leur vérité intérieure et ce qui nous touche - au fond -, se situe bien au-delà de ce sentiment lié au souvenir d'un passé heureux. L'on comprend qu'ici, le peintre procède à cette vraie mise en forme, qui permet de dépasser la représentation, la citation, l'anecdote narrative et la référence figurée. (...) Cette mise à distance du sujet devient le propos même de l’acte de création: une distanciation qui est celle de la mise en beauté ou de la mise en poésie, et qui paradoxalement est également appropriation et incarnation. (…)

Claude Gazier rêve les images de la vie réelle comme celles d’une fiction cinématographique, aussi, peut-on considérer ces dernières comme rampes d’envol pour une transfiguration existentielle qu’il accomplit par la peinture.

Pierre Souchaud, 2012

extrait du catalogue de l’exposition“Un certain regard”

galerie anne-marie et roland pallade .